L égalité des sexes


L’égalité des sexes n’est pas un combat, c’est quelque chose de normal.

Je ne milite pas pour, ni contre, je le pose comme une évidence. Je suis même plutôt interloqué que des femmes se battent pour « l’égalité des sexes » comme si c’était un du.

Mais non, ce n’est pas un du, c’est quelque chose de normal.

Une personne A ne réclame pas à une personne B quelque chose … sauf si cette personne B a le pouvoir de l’accorder… auquel cas, A reconnaît que B a plus de pouvoir. CQFD

Alors quid de réclamer l’égalité des sexes? Les hommes ont-il le pouvoir de l’accorder? Non! Parce que les hommes ne détiennent aucune supériorité.

Dans mon entourage masculin, qui est fait de tout un échantillon de mâles à l’anima et l’animus variables, aucun en 45 ans de ma petite vie, n’a parlé d’une différence homme/femme notable. Bon … Effectivement je ne fréquente aucun extrémiste ou intégriste quelconque. Evidemment, il y a l’humour lourd et gras… mais c’est l’humour masculin que l’on rencontre parfois avec les maladresses qui l’accompagne, pas une idée de fond.
Cependant, j ai croise à l oppose, des femmes qui, travaillant à temps plein, considéraient que le salaire était leur argent de poche pendant que monsieur subvenait aux besoins du foyer. Le jour ou monsieur a rencontré des difficultés… Elles s en sont séparées avec toutes les bonnes excuses nécessaires.

Les hommes seraient pour l’égalité homme/femme?

Certainement plus que les femmes ne veulent bien l’admettre.

Qui fait les hommes? Les mères. Des femmes.

Les mères façonnent les petits garçons pour qu’ils deviennent l’homme et ils ne seront motivés ensuite que par les femmes qui les entoureront. LA femme fera l’homme.

Car LA femme reste la seule motivation depuis toujours des hommes. Pour lui plaire, pour la séduire, pour la protéger… Ah! La protéger. Ce n’est pas un signe d’inégalité? Non. La femme cherche aussi la protection. Elle ira vers l’homme qui saura la rassurer, lui assurer une sécurité (financière, sentimentale, alimentaire… au choix ou tout à la fois). Donnant à l’homme le réconfort, la tendresse, la chaleur du foyer,… (c’est cliché? Sans doute mais regardez vous, regardez autour de vous.). C’est un équilibre.

Chaleur du foyer… cela veut dire qu’elle reste à la maison? Non, comme je l’ai dit, c’est un équilibre. Nous sommes tous différents, homme et femme avec des parts animus/anima différentes, et au couple de trouver son équilibre, et de le conserver au fil des variations de la vie. EquilibreEgalité.

Mais pourquoi est-ce si difficile l’égalité des sexes?

Tout d’abord psycho-sociologiques, il y a quelques siècles derrières nous d’histoire, de religions, … qui ont formaté les éducations, encore actuellement, des enfants. Rose pour les filles, bleu pour les garçons, pistolet pour les garçons, poupées pour les filles… et j’en passe…

Les histoires que l’on conte à nos enfants, sont celles de princesses, de chevalier, de cosmonautes, d’amoureuses éperdues… et nous préparons des femmes princesses en attente de l’homme zéro défaut, et des hommes qui cherchent la femme qui sera la récompense de la fin de l’histoire. 😀 (Vous pouvez laisser les enfants devant les Simpson… mais je ne garantis pas non plus le résultat…)

Je vous fais un bref résumé qui n’a aucune valeur scientifique, c’est du grosso-modo, libre à vous de vous plonger dans les recherches plus approfondies, cela vaut le détour, je vous le promets.

Les mamans sont très responsables aussi de la démarcation garçon/fille. Les femmes marquent plus facilement une préférence pour le garçon sans même y prêter attention. Un effet Œdipe que l’on ne retrouve pas chez le père avec sa fille. De plus la mère aura, à partir de la pré adolescence, un comportement plus électrique avec sa fille, ou trop fusionnel faisant copine/copine (perte de repère).

Le père n’aura pas de concurrence direct avec son fils, sauf si vraiment le fils prend sa place auprès de la mère. Il y aura passation d’armes, mais elles sont normales et servent de limites  au garçon. Le père est un repère (re-père). Et sa fille, restera un mystère… comme toutes les femmes 😉 … et il sera le premier regard d’homme. Celui dont elle attendra les premiers compliments, celui qui servira de référence masculine.

Fin du grosso-modo.

Femmes en attente de prince charmant, ou remontées contre les hommes, hommes baroudeur dragueur, ou pépère et timide, il y aura de tout à l’arrivée. Encore une fois, pas de modèle, pas de règle, ni les femmes, ni les hommes ne sont tous les mêmes.

Les seules règles, notre éducation/histoire personnelle (que nous sommes seuls à connaitre et à devoir connaitre), et notre instinct animal bien caché, mais bien là.

Les inégalités, mais lesquelles?

Il y en a de nombreuses sans doute, mais voici quelques points qui m’interrogent.

Sociales:

  • Dans le couple, libre à chacun de s’arranger pour trouver l’équilibre. Mais quand il n’existe pas, les deux en sont autant responsable l’un que l’autre. Faire perdurer une situation, c’est l’accepter.
  • Pour ce qui est des femmes « à la maison », difficile de se prononcer. Car il faudrait voir aussi si beaucoup de femmes accepteraient que leur compagnon reste à la maison pour élever les enfants. Il y a là aussi un combat d’égalité à mener non? Je n’en connais qu’un… et je l’envie.
  • Le père devrait avoir les mêmes droits qu’une mère lors d’une naissance (en dehors du congés dit pathologique). Il y a un évolution… mais récente.
  • La garde alternée ne devrait-elle pas être aussi une règle d’égalité par défaut?
  • Les aides pour un père sont inférieures à celles d’une mère à situation égale, et une seule région propose une aide au père n’ayant pas la garde des enfants afin de pouvoir les accueillir et se loger en conséquence.

Professionnelles:

  • Les hommes de pouvoir sont-ils arrivés la haut sans se battre? Une femme doit elle arriver à la même place sans se battre sous prétexte d’égalité, ou doit-elle se battre elle aussi? Peut-être, les femmes ont plus de scrupules à se salir les mains, ou à être des arrivistes. Sans doute comptent elles moins sur le cooptage.
  • Les entreprises gérées par des femmes sont-elles plus féministes? Les égalités de salaire sont-elles effacées? (27% de moins que les hommes à travail égal) Non, je ne crois pas. A voir.

Juridiques:

  • Un homme ne peut être violé d’après la loi, ni être battu.
  • Inégalité en cas de séparation.

Physiques:

  • Et bien, l’inégalité physique existe autant entre un homme et une femme que deux hommes ou deux femmes. Endurance, force, caractère, souffrance… nous sommes tous différents.
Thoms Brodie-Sangster 25 ans & Hafthor Julius 26 ans
Thoms Brodie-Sangster 25 ans & Hafthor Julius 26 ans

Alors, avant de réclamer l’égalité, la pratiquons nous à notre petite échelle? Autour de nous, dans notre foyer. Supprimer la catégorie Sexe sur les différents formulaires, CVs et autres…

Le combat n’existe pas. Il ne s’agit pas de réclamer l’égalité, mais de la vivre car elle est là, et d’éduquer nos enfants pour cela!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s