Archives pour la catégorie La vie réelle

Spécial Cookeo


http://sport-et-regime.com/ (voir …)

https://cookeojbh.fr/

 

Publicités

« Je pars vivre en Théorie, car en Théorie, il fait beau. » Mauvais management


Comment fonctionne une entreprise?bitmoji-20160607084100

Sur le principe, elle produit pour obtenir des bénéfices. Méthode courte.

Donc pour cela, elle organise le travail et les processus afin que la production se déroule au mieux, le tout sur des connaissances théoriques et pratiques. C’est la structure.

Mais, il y a le facteur humain. Que ce soit dans l’entreprise ou avec les clients, rien ne se déroule comme dans la théorie.

Il s’agit dans ce cas, de la connaissance élaborée, touchant la réalité sociale et les comportements.

Quand un service fonctionne mal, l’entreprise a tendance à appliquer des méthodes théoriques relevant de la structure, ce qui ne fait qu’empirer le problème. Elle cherche à faire entrer dans les cases d’un référentiel, et appliquer des objectifs inatteignables pour les salariés, quitte à appliquer des méthodes coercitives.

Il s’installera chez nombre de salariés un sous travail. Seul but, minimiser l’effort. Un retour vers des taches de la vie courante. Cela par le manque de confort, de confiance, sur le lieu de travail.

C’est là que le management intervient.

Il faut

  • savoir créer une confiance, et un bien être sur le lieu de travail, cela ayant pour effet d’augmenter l’investissement et les initiatives des salariés.
  • savoir comprendre les problèmes de structures, et agir en fonction de « ce qui est » et non de « ce qui doit être ».

 

Cela demande remise en cause, accepter de sortir des clous de la structure, de prendre en compte le facteur humain et donc, avoir une connaissance élaborée, un vrai culture générale.

 

 

Le couple, l’Amour et l’amour


bitmoji-20170315112259Dans un couple, s’ils s aiment et font un peu l’amour, ils restent en lien l’un avec l’autre, si tout d’un coup, l’un des deux, lui ou elle, décide d’arreter, à ce moment ils restent ensemble et l’un des deux souffre en silence, plus ou moins en silence, et c’est là que les problèmes de couple commencent à s’installer.

Quand il y a un problème de sexe, c’est rare que les deux en soient conscient. Quand l’un dit, « Tout va bien entre nous, il n’y a pas de soucis. », est ce que, si tout devait continuer comme maintenant, cela irait bien, ou alors il manquerait quelque chose. Il n’est pas rare, qu’effectivement il manque quelque chose.

Il ne s’agit pas de sexe pour du sexe, mais d’amour, pas que l’un se jette sur l’autre pendant 10 minutes.

Pour l’amour, il faut le désir plus l’Amour. C’est le nec plus ultra.

Des que l’on arrete dans un couple de faire l’amour, on s’habitue à ne plus le faire.

Quand on fait la greve de la faim, on a faim, quand on mange, on n’a plus faim et on ne sent plus le besoin de manger. Sur le plan de l’Amour c’est la même chose, on ne sent plus le besoin de faire l’amour.

Combien de couples se sont endormis « gentillement », en se disant « On verra demain », et les mois et les années qui suivent, il ne se passe plus rien.

Dans le couple, il y a toujours un problème de pouvoir. A partir de là, il y en a un qui prend l’ascendant sur l’autre. Une fois que l’un a pris l’ascendant, c’est aussi à l’autre de ne pas se laisser déborder, « manipuler », se faire « prendre sa place », et de défendre son territoire.

Dans un couple, cela fonctionne bien si il y a un égoïsme partagé. Chacun s’occupe de lui même, chacun sait ce qu’il aime, et il est plus simple de partager le plaisir ensemble.

Ne pas aimer l’autre en attendant quelque chose, en désirant quelque chose, mais pour ce qu’il est, pour le plaisir d’être ensemble.

On s’attache et on s’empoisonne


bitmoji-386438782Nous ne pouvons pas savoir si l’autre a un lien défaillant. Nous ne sommes pas psychologue/psychiatre, et nous n’avons aucun droit de le dire.

Il faut savoir que seul un psychologue ou psychiatre peut vous apporter un diagnostique sur votre psyché, et cela après plusieurs heures d’échange.

Si vous étiez amenés à être accusé par autrui d’être Ceci ou Cela, il y a une règle de base:

C’est celui qui le dit qu’y est!

Oui, car nous accusons les autres de nos propres travers. Donc, il y a beaucoup à apprendre de l’autre, quand celui-ci parle de vous.

Une personne avec un lien altérée n’est pas détectable par des non professionnels. Elle mènera une vie tout à fait normale.

Ce qui laisse croire à son entourage, en cas de conflit, que vous en êtes donc la cause. Cette personne convaincra son entourage que vous êtes mauvais, inadapté, abusif. L’entourage vous attribuera donc sa colère.

Ce type de personnalité a un besoin de reconnaissance, de paraître sociable, compréhensif, attentif et être reconnue. Mais toujours sans la moindre empathie.

 Que faire confronté à une telle personnalité?

Rien. Rien? Rien!

  • Vous n’êtes pas thérapeute. Ne songez pas pouvoir l’aider seul. Et tout l’Amour que vous donnerez ne vous reviendra pas.
  • Vous n’êtes pas un bon samaritain. Ne pensez pas attendre en subissant les coups.
  • Vous n’avez pas d’énergie à perdre. Si vous subissez les foudres de cette personne, plus vous réagirez, plus elle se portera victime, et plus elle insistera car vous êtes sa victime, son défouloir, sa proie.
  • Vous n’êtes pas immortel. Ne croyez pas les belles promesses, l’espoir de changement, la compassion à votre égard. Il n’y a pas d’empathie possible à votre égard, ou vis à vis de qui que ce soit.

Si vous devez, malgré vous, faire avec cette personne, comportez vous normalement comme avec n’importe qui.

Pas de haine ou de colère, une juste indifférence. Ne portez pas d’importance à ses paroles blessantes, ne soyez pas sur la défensive, cela porterait encore plus la suspicion sur vous, et répondre, co-responsable du conflit. Soyez constant, ouvert, juste et sain dans votre comportement, vos paroles, vos écrits.

Si vous êtes en couple avec cette personne, vous êtes une victime consentante. Consciemment ou non. La prise de conscience sera douloureuse, et la compréhension des sentiments qui vous unissent le sera encore plus. La thérapie de couple est a conseiller pour avoir un espoir d’éviter une séparation.

Éduquez vous, ne vous enfuyez pas, ouvres les yeux.

De l’amour à la séparation


bitmoji-20160401011313Nous avons donc abordé le fait que le sentiment de l’amour était la résultante d’une faculté cognitive liée à l’attachement qui se créé entre parents & enfants.

Il s’agit d’une faculté ancrée au plus profond de nous, du règne animal. Encore une fois, rien à voir avec l’amour romantique.

Le fait qu’elle soit au plus profond de nous, cela donne un sens à des comportements illogiques.

Les enfants cherchent à plaire à tout prix, et encore plus au parent qui manque de sentiment, ou pire, déviant. Ce matin, sur France Inter, un adulte qui était orphelin suite au suicide de sa mère, racontait qu’enfant, il faisait tout son possible pour ne pas faire de vague, dont bien travailler à l’école, afin de ne pas perdre son père, déjà noyé dans ses soucis. C’est ce sentiment, ce même amour qui entraîne cela.

Il en sera de même pour les conjoints battus, ou subissant l’alcoolisme, infidélité, … Il faut un énorme travail sur soit et psychologique pour prendre conscience de ce que l’on fait ou subit, pour enfin réagir.

Car l’enfant qui grandit avec la peur d’être rejeté, ou abandonné, subira un profond traumatisme. Une fois adulte, son lien d’attachement ne sera pas l’amour, mais la crainte et l’attirance comme dit précédemment.

Impossible pour lui de voir autre chose que tout blanc et tout noir. Pas de capacité à gérer une perte, un chagrin.

Adulte, en cas de séparation, son ex-conjoint deviendra un ex-parent pour les enfants. Il n’y aura aucune introspection, une incapacité à voir ce qui a contribué à la séparation, considérant que son conjoint, évidement mauvais puisque désormais tout noir, son conjoint est la seule cause de cette séparation.

Ce qui aurait du être de la peine, du chagrin et un deuil, se transforme en colère, en ressentiment, de part cette défaillance du système d’attachement.

La séparation devient alors conflictuelle.

Le parent pathogène n’aura pas l’empathie nécessaire et infligera la séparation de leur autre parent, aux enfants. Un seul parent suffit à rendre une séparation conflictuelle.

C’est quoi l’amour?


Comment naît l’amour. D’où cela vient-il?thinking

Au tout départ, avant d’être un sentiment romantique, l’amour est un système d’attachement.

Ce système d’attachement est la base de la protection dans le règne animal contre les prédateurs. Les prédateurs s’attaquent aux plus faibles, malades, vieux, enfants… La première protection qui est apportée est celle des parents. Sans protection, les enfants se font dévorés. Aussi, il a fallu développer un système d’attachement qui est … l’amour.

L’amour des parents pour leurs enfants, et réciproquement, car ils portent le capital génétique de l’espèce. Capital qu’il faut protéger.

C’est la construction même de ce sentiment qui entraînera l’amour puis par réaction, savoir gérer la perte d’un être cher, le chagrin qui va avec, le deuil.

L’amour (non romantique) vient d’un comportement de survie animal.

Cela entraîne des comportements à déplorer par leurs gravités.

L’enfant cherche donc la protection de son parent. Mais il la cherche même si le lien est problématique. Il cherchera tout de même à le consolider, quelque soit la déviance du parent. Il préférera construire le lien, malgré les peurs, les souffrances, quitte à deviner les besoins du parents, cela au pris de la construction de sa propre personne.

Le sentiment développé ne sera pas l’amour, mais la crainte et l’attirance. Il sera impossible de distinguer l’ensemble d’une situation. Tout sera noir ou blanc, et non pas une palette de couleurs.

Théorie de John Bowlby sur l’attachement. https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Bowlby

Demain, le point de croix. 😉

L’oeuf – Théorie de Andy Weir


The Egg

By: Andy Weir

Translation: Alexandrine Latendresse

Mise en image par Jibé

Tu revenais chez toi quand tu es mort.

C’était un accident de voiture. Rien de vraiment remarquable, mais quand même fatal pour toi. Tu laissais derrière toi une femme et deux enfants. C’était une mort sans douleur. Les ambulanciers avaient tout essayé pour te sauver, mais sans succès. Tes blessures étaient telles que c’était mieux comme ça, crois-moi.

C’est alors que tu m’as rencontré.

«Mais… qu’est-ce qui se passe? » as-tu demandé. « Où suis-je? »

« Tu es mort » ai-je simplement répondu. Inutile de ménager ses mots.

« Il y avait un… un camion et il dérapait… »

« Ouais »

 « Je… je suis mort? »

« Ouais. Mais ne t’en fait pas avec ça. Tout le monde meurt » ai-je dit.

Tu as regardé autour de toi. Il n’y avait que du vide. Juste toi et moi. « C’est quoi, cet endroit? » as-tu demandé. « C’est ça, la vie après la mort? »

« Plus ou moins »

« Es-tu Dieu? »

« Ouais » ai-je répondu. «Je suis Dieu.»

« Mes enfants… ma femme… »

« Oui, quoi? »

«Est-ce que tout va bien aller pour eux?»

« C’est ce que j’aime entendre, » ai-je dit. « Tu viens de mourir et ce qui te préoccupe le plus, c’est ta famille. C’est très bien, ça. »

Tu m’as regardé avec fascination. Pour toi, je ne ressemblais pas à Dieu. Je n’avais l’air que d’un homme normal. Ou alors une femme. Une vague figure d’autorité, peut-être, plutôt comme un professeur de grammaire que le Tout-Puissant, disons.

« Ne t’en fais pas, » ai-je dit. «Ils vont bien. Tes enfants se souviendront de toi comme quelqu’un de parfait. Ils n’auront pas eu le temps de développer le moindre mépris pour toi. Ta femme va pleurer et porter le deuil, mais elle se sentira secrètement soulagée. Il faut dire que votre mariage battait de l’aile. Si ça peut te consoler, elle se sentira très coupable d’être soulagée.

« Oh. Alors, qu’est-ce qui se passe maintenant? Est-ce que je vais aller au paradis, ou en enfer ou je sais pas… quelque chose d’autre? »

« Rien de tout ça » t’ai-je dit. « Tu vas être réincarné. »

« Ah, donc c’est les Hindous qui avaient raison. »

« Toutes les religions ont raison à leur façon. Marche avec moi. »

Tu m’as suivi en marchant à travers le vide. « Où allons-nous? »

« Nulle part en particulier » ai-je dit. « C’est agréable de marcher en discutant, c’est tout. »

«  Alors, quel est le but de tout ça? » as-tu demandé. « Quand je vais renaître, je vais être une page blanche, c’est ça? Un bébé. Et toutes mes expériences, tout ce que j’ai fait dans cette vie n’auront servi à rien. »

« Mais non! Tu as en toi toute la connaissance et les expériences de tes vies passées, même si tu ne t’en souviens pas pour l’instant. »

Je me suis arrêté et je t’ai pris par les épaules. « Ton âme est encore plus magnifique, immense et superbe que tu ne peux l’imaginer. Un esprit humain ne peut contenir qu’une infime fraction de ce que tu es. C’est un peu comme mettre le bout de son doigt dans un verre d’eau pour tester la température. Tu mets une petite partie de toi dans une contenant, et quand tu en ressort, tu as acquis toute l’expérience que tu pouvais en tirer. »

« Tu étais dans un être humain ces 48 dernières années, alors tu n’as pas encore pris conscience de l’immensité de ton esprit. Si nous restions ici assez longtemps, tu commencerais à te souvenir de tout. Mais c’est inutile de faire ça entre chacune de tes vies. »

« Combien de fois me suis-je réincarné, alors? »

« Oh, souvent. Très, très souvent. Et dans des vies très différentes» ai-je répondu.  « Cette fois, tu seras une jeune paysanne chinoise en 540 AD. »

« Attends, quoi? » as-tu balbutié. « Je vais être renvoyé dans le temps? »

« Bien, techniquement, j’imagine que oui. Le temps, tel que tu le connais, n’existe que dans ton univers. Les choses sont bien différentes là d’où je viens. »

« Là d’où tu viens? »

« Bien sûr, » ai-je expliqué. « Je viens de quelque part. Quelque part, ailleurs. Et il y en a d’autres comme moi. Je sais que tu voudrais savoir comment c’est, là-bas, mais honnêtement, tu ne pourrais pas comprendre. »

« Oh » as-tu dit, un peu déçu. « Mais attends, si je me réincarne à un autre moment dans le temps, je suis peut-être entré en contact avec moi-même à un moment? »

« Bien sûr. Ça arrive tout le temps. Et comme chacune de tes vies n’est consciente que de sa propre existence, tu ne sais jamais que c’est en train d’arriver. »

« Alors, quel est le sens de tout ça? »

« Sérieusement? » t’ai-je demandé. « Sérieusement? Tu me demandes quel est le sens de la vie? Tu ne trouves pas ça un peu cliché?»

«C’est une question raisonnable» as-tu persisté.

Je t’ai regardé droit dans les yeux. «  Le sens de la vie, la raison pour laquelle j’ai créé tout cet univers, c’est pour que tu mûrisses. »

« Tu veux dire, l’humanité? Tu veux que les humains mûrissent? »

« Non, juste toi. J’ai créé tout cet univers pour toi. A chacune de tes nouvelles vies, tu grandis, tu mûris, et ton esprit devient plus large et plus brillant. »

« Juste moi?? Et tous les autres ? »

« Il n’y a personne d’autre. » ai-je dit. « Dans cet univers, il n’y a que toi et moi. »

Tu m’as fixé longuement. « Mais tous les gens, sur terre… »

« Toujours toi. Différentes réincarnations de toi. »

« Attends. Je suis… tout le monde?! »

« Tu commences à comprendre!» t’ai-je dit en te félicitant d’une tape dans le dos.

« Je suis tous les êtres humains ayant jamais vécu? »

« Ou qui vivront, oui,»

«Je suis Abraham Lincoln?»

«Et tu es John Wilkes Booth, aussi» ai-je ajouté.

«Je suis Hitler?» as-tu dit, consterné.

« Ainsi que les millions qu’il a tué. »

« Je suis Jésus? »

« Et tous ceux qui l’ont suivi. »

Tu es resté silencieux.

« Chaque fois que tu as fait du tort à quelqu’un, tu te faisais du tort à toi-même. Chaque acte de bonté que tu as posé, tu l’as fait à toi-même. Chaque moment heureux ou triste vécu par un humain a été, ou sera, vécu par toi. »

Longtemps, tu as réfléchi en silence.

« Pourquoi? » as-tu finalement demandé. « Pourquoi faire tout cela? »

« Parce qu’un jour, tu deviendras comme moi. Parce que c’est ce que tu es. Tu es l’un des miens. Tu es mon enfant.»

«Whoa» as-tu dit, incrédule. « Tu veux dire que je suis un dieu? »

« Non, pas encore. Tu es un fœtus. Tu es encore en train de grandir. Quand tu auras vécu chaque vie humaine à travers le temps, tu auras suffisamment  grandi pour pouvoir naître. »

« Donc tout cet univers, en fait, ce n’est que… »

« Qu’un œuf.» ai-je répondu. « Maintenant, il est temps pour toi de continuer jusqu’à ta prochaine vie. »

Et je t’ai fait continuer ton chemin.

loeuf